cynopassionsuiteterter

cynopassionsuiteterter

Presque vingt ans

Edito.jpg

 

 Bientôt vingt ans que j’ai eu mon premier chien d’adulte. Aussi loin qu’il m’en souvienne, j’en ai toujours eu envie. C’est donc en 1994 que j’ai eu mon premier chien. Un beau cadeau. Le plus difficile était de sélectionner la race. Enfant et adolescents, je n’aimais que les Spitz pourtant c’est un petit épagneul bien différent qui allait faire irruption dans ma vie. Et ce fut le Cavalier King Charles spaniel. Cette race, alors confidentielle allait changer ma vie et ma vision du chien. Je comprends son succès actuel mieux que personne.

C’est donc début août 1994 que Jessie de l’Effronté est entrée dans ma vie. Ce fut le début d’une longue histoire d’amour de quatorze ans avec cette petite chienne tricolore, espiègle, volontiers boudeuse, volontaire et clownesque. La chienne de ma vie ? Peut-être, mais il ne faut présumer de rien car on peut avoir bien des surprises. Après trois ans, en 1997, ce fut une petite ruby qui arriva à la maison.

Natacha de l’Effronté est le produit d’un mariage que j’ai voulu. J’ai donc réussi à convaincre son éleveuse de faire une portée dont les deux parents étaient rubys. Et, ce fut un vrai caprice, je l’ai persuadée de me confier l’une des deux femelles dès deux mois. Le petit fauve est donc arrivé à la maison. Différente de sa “soeur adoptive”, plus douce, plus taciturne, plus câline, elle m’apporta une belle affection pendant neuf trop courtes années.

Un Bouledogue Français, j’en avais envie depuis deux ou trois ans lorsque naquit Pénélope du Vidame d’Urfé, une petite caille. C’est le tout début de l’année 1999. Dure à cuire, vive, dominante, la petite vint rejoindre ma meute. Avec elle, je repris les expositions. Ce fut de courte durée car, si cela l’a amusé au début, elle en a rapidement eu assez et s’est chargée de me le faire comprendre.

Ma dernière Cavalier en date, Toscane a été très vite une compagne importante dans ma vie. Sa douceur me rappelait ma petite Natacha et son caractère mi-tranquille mi-inquiet a été un plus pour la rendre attachante au possible.

Durant de nombreuses années, j’ai eu envie d’un King Charles spaniel. La vie est parfois un peu capricieuse et ce n’est qu’en 2010 que Funny Daphné de Sorine est arrivée. Je n’avais jamais eu de blenheim et j’avoue que j’en avais très très envie. Très vite, ce bout de chou a tenu toutes ses promesses et s’est avéré être la chienne que j’attendais depuis des années. Drôle, autoritaire, espiègle, trop mignonne en fait. De plus, j’ai retrouvé le plaisir de sortir en exposition. Elle a toujours très bien marché et est devenue championne internationale très jeune. C’est un petit bonheur au quotidien. Une autre “chienne de ma vie” ? Je n’ai pas assez de recul mais je crois que je retrouve avec elle la complicité que j’ai eu avec les autres.

De plus, je suis tombé totalement sous le charme de la race en général. Si le Spitz est mon premier amour, si le Cavalier est toujours quelque part dans un coin de ma tête, si le Bouledogue me passionne absolument tout le temps, reste que le King est tout à fait la race qui me convient.

A quand le prochain ?



02/11/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres